IN THE HOUSE ~ JULIAN INTRODUCES BILL TO END SWEATSHOP LABOUR GOODS / PETER JULIAN PRÉSENTE UN PROJET DE LOI POUR INTERDIRE L’IMPORTATION DES BIENS DE FABRICATION CLANDESTINE

(release in English and in French below)

40th Parliament, 2nd Session
Bill C-463. Introduction and first reading

Mr. Peter Julian (Burnaby—New Westminster, NDP) moved for leave to introduce Bill C-463, An Act to prohibit sweatshop labour goods.

Mr. Speaker, I thank my seconder from Sault Ste. Marie.

More and more people around the world are calling for fair trade policy, a major item that was discussed in the latest election in the United States that elected Barack Obama.

This particular bill would establish a list of prohibited imports when the good is produced, manufactured or assembled in contravention of the labour standards of the International Labour Organization, including the right of association, the right to bargain collectively, the use of forced or compulsory labour, a minimum age for employment of children, established and acceptable conditions of work.

The WTO had discussions in 1996 in Singapore and in 2001 in Doha and endorsed the ILO standards and endorsed the ILO as the standard setting agency for trade standards when it comes to labour standards.

This is the second in the series of fair trade legislation that I am bringing forward. We are trying to get the job done here in Parliament by bringing forward legislation we know most Canadians will support.

(Motions deemed adopted, bill read the first time and printed)

JULIAN INTRODUCES BILL TO END SWEATSHOP LABOUR GOODS

OTTAWA – Today, New Democrat International Trade Critic Peter Julian (Burnaby-New Westminster) tabled Bill C-463, an Act to Prohibit Sweatshop Labour Goods. The bill would prohibit the importation of goods that fail to meet the labour standards as set out by the International Labour Organization (ILO) Convention and Protocols to which Canada has agreed to.

“Instead of exploiting poverty, we should make poverty history,” said Julian. “Governments must challenge multinational corporations to respect the rights of their workers and to stop the exploitation of children and their families. One of the first steps would be to establish a new set of rules to this one sided approach to trade.”

Multinational corporations are attracted to sweatshop ventures and economies because this allows them to relax environmental, safety, health regulations for vulnerable workers and cut their costs by as much as 50%.

Sweatshop workers consist primarily of women, and often children, who earn within a range of one to three dollars for a 12-16 hour workday in so-called free trade zones. Unionizing is either illegal, or violently discouraged.

“Bill C-463 would help ensure that all imported goods would meet the requirements of the ILO, help create and protect the jobs of Canadians, as well as those of Canada’s trading partners,” said Julian. “It would help promote a fair trade policy which would in turn advance sustainable practices, domestic job creation, and healthy working conditions.”

This Bill is the second piece in a series of "Fair Trade" legislative initiatives drafted by the New Democratic critic for international trade.

-30-

Attached: briefing note

Briefing Note- Bill C-463, an Act to prohibit sweatshop labour goods

Summary: This Bill prohibits the importation of goods manufactured or assembled in working conditions that fail to meet labour standards recognized by the International Labour Organization (ILO) Convention and Protocols to which Canada is a party.

ILO Standards call for:

a) The right of association
b) The right to collective bargaining
c) The prohibition on the use of any form of forced or compulsive labour
d) A minimum age for employment of children
e) Acceptable conditions of work with respect to minimum wages, hours of work and occupational safety and health

Sweatshop labour also breaks article 7, 8 and 10 of the UN’s International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights: http://www2.ohchr.org/english/law/pdf/cescr.pdf

How it works:

• Imported goods would be certified as ILO compliant (produced, manufactured or assembled in compliance with ILO labour standards).
• The government could establish a list of prohibited imports and identify the products that would be added to a public list of sweatshop goods.
• Qualified government agencies and departments may provide certification.

What it means for Canadians:

• A stronger and fairer economy: Mandating decent core labour standards and strengthening national economies are complementary not competing goals. A stronger, fairer, cleaner economy will help build and preserve a better quality of life for Canadian and foreign working families. The proliferation of sweatshops fuels a global race to the bottom. Multinational companies set up shop in countries with weaker institutions, vulnerable to manipulation. They pay their workers next to nothing, hire young children, and provide no benefits or job security. Workers are forced to operate in unhealthy conditions. While good jobs migrate to sweatshop economies, Multinational corporations also use this threat to increase their bargaining power with trade unions and reduce Canadian wages, benefits and standards.

• Poverty eradication: Encouraging good quality jobs is central to rising standards of living in all countries. By boycotting sweatshop products and rejecting exploitation Canada stands up for the rule of law and human rights, sending a powerful message to Multinational Corporations to change and comply with ILO & UN standards.

*******************
PETER JULIAN PRÉSENTE UN PROJET DE LOI POUR INTERDIRE L’IMPORTATION DES BIENS DE FABRICATION CLANDESTINE

OTTAWA – Aujourd'hui, le porte-parole néo-démocrate en matière de commerce international, le député Peter Julian, a déposé le projet de loi C-463, Loi interdisant l’importation de biens de fabrication clandestine. Le projet de loi interdirait d’importer des biens qui ne respectent pas les normes du travail énoncées dans la Convention et les protocoles de l’Organisation internationale du travail (OIT) auxquels le Canada est partie.

« Au lieu d’exploiter la pauvreté, nous devrions faire en sorte que la pauvreté devienne de l’histoire ancienne. Les gouvernements doivent obliger les sociétés multinationales à respecter les droits de leurs travailleurs et à cesser d’exploiter leurs enfants et leurs familles », a dit M. Julian. « Une des premières choses à faire serait d’assujettir cette conception tyrannique du commerce à de nouvelles règles. »

Les sociétés multinationales sont attirées par les économies qui tolèrent les entreprises clandestines parce que cela leur permet de contourner les réglementations en matière d’environnement, de sécurité et de santé, d’exploiter les travailleurs vulnérables et ainsi de réduire leurs coûts de production, parfois de moitié.

Les travailleurs clandestins sont surtout des femmes et souvent des enfants qui gagnent de 1 $ à 3 $ par journée de travail de 12 à 16 heures dans ce qu’il est convenu d’appeler des zones franches où la syndicalisation est soit illégale, soit découragée avec vigueur, voire violence.

« Le projet de loi C-463contribuerait à garantir que tous les biens importés au Canada soient conformes aux exigences de l’OIT, à protéger les emplois et à en créer d’autres tant chez nous que chez nos partenaires commerciaux », a dit le député. « Il serait propice à une politique de commerce équitable qui favoriserait quant à elle l’adoption de pratiques respectueuses de l’environnement, la création d’emplois au Canada et l’implantation de conditions de travail sûres et saines. »

Ce projet de loi est le second d'une série d'initiatives législatives entreprises par le porte-parole néo-démocrate en matière de commerce international

-30-

P.j. : Note d'information

Note d'information – Projet de loi C-463, Loi interdisant l’importation
de biens de fabrication clandestine

Sommaire : Ce projet de loi interdirait l’importation de biens qui ont été fabriqués ou assemblés dans des conditions de travail non conformes aux normes du travail énoncées dans la Convention et les protocoles de l’Organisation internationale du travail (OIT) auxquels le Canada est partie.

Les normes de l’OIT exigent

a) le droit à la syndicalisation;
b) le droit à la négociation collective;
c) l’interdiction du recours par l’employeur à quelque forme que ce soit de travail forcé ou obtenu sous la contrainte;
d) l’interdiction d’embaucher des enfants n’ayant pas l’âge minimum qu’elles prescrivent;
e) l’établissement de conditions de travail acceptables, soit un salaire minimum et des heures de travail décents et un régime de santé et de sécurité au travail.

Le travail clandestin viole également les articles 7, 8 et 10 du Pacte international (de 1966) relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU, qu’on peut consulter à http://www2.ohchr.org/english/law/pdf/cescr.pdf.

Le fonctionnement de la nouvelle loi

• Les biens importés devraient être certifiés conformes aux normes de l’OIT (c.-à-d. produits, fabriqués ou assemblés conformément aux normes du travail de l’OIT).
• Le gouvernement pourrait dresser une liste d’importations interdites et désigner les produits à inscrire sur une liste publique de biens de fabrication clandestine.
• La certification pourrait être assurée par des ministères et des organismes fédéraux.

Ce que cela signifierait pour les Canadiens

• Une économie plus vigoureuse et plus juste : Il n’y a rien de contradictoire entre adopter et appliquer des normes de base décentes en matière de travail et dynamiser les économies nationales; ce sont au contraire des objectifs complémentaires. Une économie plus solide, plus juste et plus écologique contribuerait à procurer une meilleure qualité de vie aux familles de travailleurs au Canada et à l'étranger et à la préserver. La prolifération des ateliers clandestins alimente une course mondiale vers le bas. Les entreprises multinationales ouvrent des usines dans des pays où les institutions sont plus faibles et plus susceptibles à la manipulation. Elles versent à leurs travailleurs des salaires de famine, embauchent de jeunes enfants, n’accordent ni avantages sociaux ni sécurité d’emploi et obligent leurs employés à travailler dans des conditions antihygiéniques. Elles invoquent le risque de devoir déplacer nos emplois bien rémunérés vers des économies qui sanctionnent le travail clandestin dans le but d’accroître leur pouvoir de négociation face aux syndicats et de réduire les salaires, avantages sociaux et normes du travail qu’elles accordent à leurs employés canadiens.

• L’éradication de la pauvreté : Dans tous les pays, l’amélioration du niveau de vie passe obligatoirement par celle de la qualité des emplois. En interdisant l’importation de produits de fabrication clandestine et en rejetant l’exploitation des travailleurs, le Canada défend la primauté du droit et les droits de la personne et fait clairement savoir aux multinationales qu’elles doivent modifier leurs façons de faire et se conformer aux normes de l’OIT et de l’ONU.