NEWS: NDP PUSHES REVIEW AND DEBATE ON FREE TRADE NEGOTIATIONS

MP Peter Julian succeeds in pushing for parliamentary review and debate on

Canada-Korea free trade negotiations

OTTAWA – An NDP motion calling for extensive hearings and parliamentary scrutiny of the current Canada-Korea free trade negotiations passed at the House of Commons Standing Committee on International Trade today. The motion was tabled by NDP International Trade Critic Peter Julian (Burnaby-New Westminster).

The motion reads as follows:

“That the Standing Committee on International Trade conduct extensive hearings on the implications of the Canada-Korea bilateral agreement currently being negotiated, specifically hearing testimony from a wide range of sectors and diverse regions of Canada, and that the committee investigate alternative ways to build and strengthen Canada’s trade relationship with Korea, and then once completed, that the committee report this study to the House.”

“The Harper government must prove beyond the shadow of a doubt that any trade arrangement between Canada and Korea shall incorporate measures that guarantee the protection of the jobs and quality of life of Canadian working families. At stake are the 140,000 high quality Canadian jobs in the automotive industry, as well as jobs in our shipyard industries. Parliament must be allowed to scrutinize the government impact studies, and any trade deal inspired by the failed NAFTA model should not be on the table,” said Julian.

According to a study released by the Canadian Auto Workers union, which bases estimates on the average of real-world experience of five existing bilateral free trade deals involving Canada as a partner, a free trade agreement with Korea would grant greater access to our market to Korean producers and widen our substantial bilateral auto deficit. Over 33,000 net jobs lost in Canada are projected. Auto imports from Korea have grown almost 600% while, in contrast, Korea’s automotive purchases from Canada have declined by 90 percent since 2000.

Employment in the Canadian automotive industry has been steadily declining since 2000. Almost 6600 Canadian workers have lost their jobs since 2005. “The facts show that for every dollar received from Canadian exports to Korea, we import $186 worth of Korean-made automotive products. The NDP believes in stronger bilateral relationships but certain protections must be negotiated, and the Conservative and Liberal governments have proven that they cannot be trusted to do that,” says Julian.

“Canada should raise its profile in Korea and promote a better marketing of Canadian products. It should explore the possibility of fair sectoral agreements that would be win-win for both partners by ensuring our imports are matched by equivalent exports.”

For more information, please contact:

Office of Peter Julian: 613-992-4214

***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

LE 23 NOVEMBRE 2007


LES NÉGOCIATIONS DE LIBRE-ÉCHANGE : LE NPD VEUT UNE ÉTUDE ET UN DÉBAT
Le député Peter Julian réussit à assurer la tenue d’une étude et d’un débat parlementaires sur les négociations de libre-échange entre le Canada et la Corée
OTTAWA – Une motion du NPD réclamant des audiences exhaustives et une surveillance parlementaire sur les négociations en cours concernant une entente de libre-échange entre le Canada et la Corée a été adoptée au sein du Comité permanent du commerce international aujourd’hui. La motion a été déposée par le porte-parole du NPD en matière de commerce international, Peter Julian (Burnaby-New Westminster).

La motion se lit comme suit :

« Que le Comité permanent du commerce international tienne des audiences exhaustives sur les conséquences de l’entente bilatérale entre le Canada et la Corée qui est en cours de négociation, plus précisément en vue d’ entendre des témoignages de la part d’une vaste gamme de secteurs et de diverses régions du Canada, et que le comité enquête sur des solutions de rechange visant à développer et à renforcer les relations commerciales entre le Canada et la Corée, et qu’une fois cette étude complétée, le comité en fasse rapport à la Chambre. »

« Le gouvernement Harper doit prouver sans l’ombre d’un doute que toute entente commerciale entre le Canada et la Corée comprendra des mesures pour protéger les emplois et la qualité de la vie des travailleurs canadiens et de leurs familles. Cela risque de toucher 140 000 emplois canadiens bien rémunérés dans le secteur automobile, et aussi des emplois dans la construction navale. Il faut que le Parlement puisse analyser les études gouvernementales sur l’impact de cette entente. Par ailleurs, toute entente inspirée du modèle raté de l’ALÉNA devrait être écartée immédiatement », a affirmé le député Julian.

Selon une étude diffusé par le syndicat des Travailleurs et travailleuses canadien(ne)s de l’automobile, qui fait ses estimations en se basant sur la moyenne tirée de la vraie expérience des cinq ententes bilatérales de libre-échange auxquelles le Canada participe actuellement, une entente de libre-échange avec la Corée permettrait aux fabricants coréens d’avoir un meilleur accès à nos marchés et aggraverait notre déficit bilatéral important en matière d’automobiles. L’on estime que plus de 33 000 emplois seraient supprimés au Canada. Le nombre d’autos importées de la Corée a augmenté de presque 600 %, alors que les achats coréens de produits automobiles ont diminué de 90 % depuis 2000.

Les emplois dans l’industrie de l’automobile au Canada diminuent sans cesse depuis 2000. Presque 6600 travailleurs canadiens ont perdu leur emploi depuis 2005. « Les preuves démontrent que pour chaque dollar gagné grâce aux exportations canadiennes vers la Corée, nous en importons pour 186 $ de pièces automobiles fabriquées en Corée. Le NPD croit aux relations bilatérales renforcées mais il faut négocier certaines mesures de protection, et les gouvernements conservateurs et libéraux ont démontré qu’ils sont indignes de confiance dans ce dossier », a dit le député Julian.

« Le Canada devrait accroître sa visibilité en Corée et mieux promouvoir les produits canadiens. Il faut envisager la possibilité d’ententes sectorales équitables qui aident les deux parties à en sortir gagnantes, en veillant à ce que les importations et les exportations correspondent. »