NEWS: NDP BILL WOULD ENSURE LABOUR REPRESENTATION AT TRADE TRIBUNAL

OTTAWA – Today, NDP International Trade Critic Peter Julian (Burnaby-New Westminster) tabled a bill in the House of Commons that would require the Canadian International Trade Tribunal (CITT) to include a nominee of Canadian labour organizations as one of its permanent members. Julian was joined by Dennis Deveau, legislative director for the United Steelworkers Canada, representing over 280,000 Canadian workers.

“It’s a simple and fair request,” said Julian. “To be a fair and balanced body, the CITT must have representation from Canadian labour organizations. When it comes to international trade, no one is more affected by the CITT’s decisions than Canadian workers and they need to have someone standing up for them.”

The Canadian International Trade Tribunal is a major quasi-judicial body within Canada’s trade remedy system. It has a mandate to conduct inquiries on dumping and subsidized imports, in addition to hearing appeals related to international trade arrangements and providing advice to the minister of Finance and Governor in Council.

“The decisions of the CITT have often reflected an incomplete analysis of the issues it has to deal with. Even worse, only business interests are able to initiate a complaint within the CITT mechanism,” added Dennis Deveau. “I think that the Canadian government must understand that Canada cannot have a strong, fair and vibrant economy without the support and participation of labour and this private member’s bill is one of the many measures that would help to correct this unbalanced situation.”

Julian’s bill would instruct the Governor in Council to consult with the Canadian Labour Congress in order to choose the best candidate to fill the position created. The six full-time, permanent members of the CITT are currently appointed for up to five years.

“We have seen the CITT make decisions that profoundly affect and involve thousands of Canadian workers, their families and their communities,” said Julian. “It’s time to make sure that these workers are included in the decision-making process.”

- 30 -

-------------------------------------------------------------------------------------------------------
POUR PUBLICATION IMMÉDIATE
Le 4 avril 2008

LE PROJET DE LOI DU NPD ASSURERAIT LA REPRÉSENTATION DES TRAVAILLEURS AU TRIBUNAL DU TRAVAIL

OTTAWA – Aujourd’hui, le porte-parole du NPD pour le commerce international, Peter Julian (Burnaby-New Westminster), a déposé à la Chambre des communes un projet de loi qui obligerait le Tribunal canadien du commerce extérieur (TCCE) à inclure un représentant des organisations syndicales du pays parmi ses membres permanents. M. Julian était accompagné de Dennis Deveau, directeur législatif du Syndicat canadien des métallurgistes unis d’Amérique, qui regroupe plus de 280 000 travailleurs.

« C’est une demande simple et équitable », a dit M. Julian. « Afin d’être un organisme juste et équilibré, le TCCE doit inclure des représentants des organisations syndicales du pays. En matière de commerce international, personne n’est plus touché par les décisions du TCCE que les travailleurs canadiens, qui doivent avoir quelqu’un pour défendre leurs droits. »

Le Tribunal canadien du commerce extérieur constitue un important organisme quasi judiciaire au sein du système de règlement des différends en matière de travail au Canada. Il a le mandat de mener des enquêtes sur le dumping et les importations subventionnées, en plus d’entendre des appels liés aux arrangements commerciaux internationaux et de conseiller le ministre des Finances et le gouverneur en conseil.

« Les décisions du TCCE sont souvent le reflet d’une analyse incomplète des questions qui lui sont confiées. Pis encore, seules les entreprises peuvent porter plainte dans le cadre du mécanisme du TCCE », a ajouté Dennis Deveau. « Je pense que le gouvernement canadien doit comprendre que le Canada ne peut avoir une économie forte, équitable et dynamique sans le soutien et la participation des travailleurs. Ce projet de loi est l’une des nombreuses mesures qui contribueraient à corriger ce déséquilibre. »

Le projet de loi du député Julian aurait pour effet que le gouverneur en conseil devrait consulter le Congrès du travail du Canada afin de choisir le meilleur candidat pour combler le poste créé. Les six membres permanents à plein temps du TCCE sont actuellement nommés pour une période maximale de cinq ans.

« Le TCCE a déjà pris, a dit M. Julian, des décisions qui ont eu de profondes répercussions sur des milliers de travailleurs canadiens, leur famille et leur communauté. Il est temps que l’on veille à ce que ces travailleurs aient voix au chapitre. »