NEWS ~ COLOMBIAN HUMAN RIGHTS ACTIVIST TURNED AWAY FROM TRADE COMMITTEE: Marston arranges for testimony in alternate committee

OTTAWA – New Democrat Human Rights Critic Wayne Marston had to facilitate the testimony of renowned human rights activist Yessika Hoya Morales after she was turned away from the International Trade Committee, even though its membership had indicated it was interested in hearing her speak.

Ms. Morales, was set to testify regarding the human rights situation in her home country, Colombia. She is in Canada as part of a working group to block the passage of the Canada-Colombia Free Trade Agreement. Marston managed to facilitate her appearance before the Sub-committee on International Human Rights instead.

“It’s open season on human rights activists and trade unionists in Colombia,” said Marston. “Proponents of the Canada-Columbia Free Trade Agreement obviously don’t want the committee to hear the reality of its human rights implications,” he added.

Ms. Morales is a recent nominee for the Meany-Kirkland Award for excellence in the field of human rights. Her father, Jorge Dario Hoyos, was assassinated in 2001 by a right wing paramilitary group with links to the Columbian government.

“I am ashamed that the Committee on International Trade refused to hear Ms. Morales after she was led to believe that she would be able to testify,” said New Democrat International Trade Critic Peter Julian. “Her revelations as an eye witness to the continuing abuses in Colombia by the Uribe regime only reinforces our opposition to the most egregious piece of trade legislation that has been tabled in this Parliament.”

*****
LE COMITÉ DU COMMERCE REFUSE D’ENTENDRE UNE MILITANTE COLOMBIENNE DES DROITS DE LA PERSONNE
Wayne Marston lui obtient un témoignage devant un autre comité

OTTAWA – Le porte parole du NPD en matière de droits de la personne, M. Wayne Marston, a dû prendre des dispositions de dernière minute pour permettre le témoignage de Yessika Hoya Morales, militante renommée des droits de la personne, après que le Comité du commerce international ait refusé de la laisser comparaître. Le Comité du commerce avait auparavant indiqué qu’il souhaitait entendre le témoignage de Mme Morales.

Mme Morales était censée livrer un témoignage sur l’état des droits de la personne dans son pays d’origine, la Colombie. Elle se trouve actuellement au Canada dans le cadre d’un groupe de travail visant à empêcher l’adoption de l’Accord de libre-échange entre le Canada et la Colombie.

« Les militants des droits de la personne et les syndicalistes font l’objet d’une campagne d’élimination en Colombie », a déclaré M. Marston. « De toute évidence, les partisans de l’accord de libre-échange Canada-Colombie ne veulent pas entendre les implications que cette entente aura sur les droits de la personne », ajoute-t-il.

Mme Morales a récemment été mise en candidature pour le prix Meany-Kirkland pour l’excellence dans le domaine des droits de la personne. Son père, Jorge Dario Hoyos, a été assassiné en 2001 par un groupe paramilitaire de droite qui entretient des liens avec le gouvernement de la Colombie.

« J’ai honte que le Comité permanent du commerce international ait refusé d’entendre le témoignage de Mme Morales après lui avoir laissé croire qu’elle pourrait s’exprimer », a pour sa part indiqué le porte parole du NPD en matière de commerce international, M. Peter Julian « Les révélations qu’elle a faites à titre de témoin des abus qui sont commis par le régime du président Uribe ne font que renforcer notre opposition à l’égard de mesure législative commerciale la plus inacceptable jamais proposée au Parlement du Canada ».