IN THE HOUSE ~ NDP BILL ADVOCATES TAX FAIRNESS FOR HARD OF HEARING / LE PROJET DE LOI DU NDP VISE À L’ÉQUITÉ POUR LES PERSONNES SOUFFRANT DE DÉFICIENCES AUDITIVES

NDP BILL ADVOCATES TAX FAIRNESS FOR HARD OF HEARING

OTTAWA – Today Peter Julian, (Burnaby-New Westminster), tabled Bill C-577 An Act to amend the Income Tax Act (hearing impairment) which would increase inclusiveness for people with hearing disabilities by allowing fair access to the Disability Tax Credit.

“The places we live, play and negotiate are noisy, often with distracting background sounds, so I am happy this legislation will recognize that reality for the hearing impaired and make the disability tax credit more accessible to them,” said Tony Martin (Sault Ste. Marie) NDP Critic for Persons with Disabilities who seconded the Bill.

The current regulations are ambiguous and do not reflect real life situations so Bill C-577 would fix this by:
• Redefining “quiet setting” to be “normal setting” for sound levels in tests
• Changing the requirements so that a person is eligible if they are unable to understand “another person”, rather than “a person familiar to them.”
• And not requiring that the person to be wearing an “assisted listening device” when the degree of impairment is being assessed

The Bill has received much praise and broad-based support from the Hard of Hearing community who have long been advocating changes in the eligibility criteria for the tax credit.

“The current Disability Tax Credit (DTC) is so ambiguous that there are no consistencies as medical physicians and audiologists have a hard time in certifying it for their hard of hearing patients”, said Michael Currie, Chair of the Canadian Hard of Hearing Association National Working Group. "It is our hope to bring clarity and fairness to the DTC."

“The existing criteria for eligibility for the tax credit discriminate against individuals with hearing loss who use cochlear implant or digital hearing aid technology and who have learned to speak,” said Norah-Lynn McIntyre, Executive Director of VOICE for Hearing Impaired Children.

“The current criteria and terminology are causing a great deal of uncertainty for our member audiologists,” says Gillian Barnes, Canadian Association of Speech-Language Pathologists and Audiologists President. “Mr. Julian’s proposed changes to the Income Tax Act will have a positive impact.

“The Canadian Academy of Audiology is in full support Mr. Julian's effort to reduce ambiguity and confusion with regards to the terminology used to qualify those with hearing loss for the Disability Tax Credit”, says Rex Banks, in-coming President of Canadian Academy of Audiology.

“The purpose of the income tax act is distorted. The federal government should show that they value people’s well-being over shallow fiscal concerns and ensure that all Canadians with hearing loss get the tax break they deserve” said Julian

- 30 -
***
http://peterjulian.ndp.ca/node/1020

Link to the two part-video of the press conference: http://www.youtube.com/user/PeterJulianMP#p/a/u/1/WtIG7O7ys3w
***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
5 OCTOBRE 2010

LE PROJET DE LOI DU NDP VISE À L’ÉQUITÉ POUR LES PERSONNES SOUFFRANT DE DÉFICIENCES AUDITIVES

OTTAWA – Le député Peter Julian (Burnaby-New Westminster) a déposé aujourd’hui un projet de loi, portant le numéro C-577, Loi modifiant la Loi de l’impôt sur le revenu (déficience auditive), qui accroîtrait l’inclusion des personnes souffrant d’incapacités auditives en permettant un accès équitable au crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH).

« Les lieux où nous vivons, jouons et négocions sont bruyants, avec souvent des bruits de fond distrayants; c’est pourquoi je me réjouis du fait que ce texte de loi reconnaîtra la réalité que vivent les personnes atteintes d’une déficience auditive et rendra le crédit d’impôt pour personnes handicapées plus accessible », a déclaré Tony Martin, député (Sault Ste Marie), porte-parole du NPD pour les personnes handicapées.

La réglementation actuelle est ambiguë et ne rend pas compte des situations de la vie réelle. Le projet de loi C-577 remédierait à ce problème par les moyens suivants :

• En redéfinissant le concept «« d’endroit calme » et en le remplaçant par « endroit normal » pour les niveaux sonores dans les tests
• En modifiant les exigences de façon à ce qu’une personne soit admissible si elle ne peut pas comprendre « une autre personne » plutôt qu’une « personne de sa connaissance»
• Et en n’exigeant pas qu’une personne porte un « appareil fonctionnel pour personnes malentendantes » au moment de l’évaluation du degré de déficience.

Le projet de loi a obtenu un large soutien de la communauté des personnes malentendantes.
« L’actuel crédit d’impôt pour personnes handicapées (CIPH) est tellement ambigu qu’il n’y a pas de cohérence, car les médecins et audiologistes ont du mal à émettre un certificat d’invalidité pour leurs patients malentendants », a déclaré Michael Currie, président du groupe de travail national de l’Association des malentendants canadiens. « Nous espérons rendre le CIPH plus clair »
« Les critères actuels d’admissibilité au crédit d’impôt sont discriminatoires à l’encontre des personnes souffrant d’une perte auditive qui utilisent un implant cochléaire ou une technologie numérique de correction auditive, et qui ont appris à parler », a affirmé Norah-Lynn McIntyre, directrice générale de VOICE for Hearing Impaired Children.

« Les critères et la technologie actuels causent beaucoup d’incertitude parmi nos audiologistes membres », indique Gillian Barnes, président de l’Association canadienne des orthophonistes et audiologistes. Les modifications proposées par M. Julian à la Loi de l’impôt sur le revenu auront des effets positifs ».

« L’Académie canadienne d’audiologie appuie totalement les efforts de M. Julian visant à réduire l’ambigüité et la confusion qui résultent de la terminologie utilisée pour déterminer l’éligibilité des personnes atteintes d’une déficience auditive au crédit d’impôt pour personnes handicapés » a déclaré Rex Banks, président rentrant.

« L’Objectif de la loi sur l’impôt sur le revenu est compromis. Le fédéral devrait montrer qu’il attache plus d’importance au bien être des gens concernés qu’à des considérations fiscales mesquines en s’assurant que tous les Canadiens atteints d’une déficience auditive obtiennent ce crédit d’impôt auxquels ils ont droit » a déclaré le député Peter Julian (Burnaby-New Westminster).

- 30 -