NEWS ~ New Democrat trade critic blasts Liberals’ two-tiered standard on human rights / Le porte-parole néo-démocrate en matière de commerce international s’en prend au parti libéral pour sa conception à deux vitesses des droits de la personne

LIBERAL CAUCUS MEETS WITH COLOMBIAN PRESIDENT
New Democrat trade critic blasts Liberals’ two-tiered standard on human rights

OTTAWA – Today, New Democrat International Trade Critic Peter Julian denounced the Liberal Party caucus for meeting with Colombian President Alvaro Uribe. President Uribe, who was invited to Canada at the behest of the Conservative government, is in Ottawa for two days to promote the Canada-Colombia Free Trade Agreement.

Earlier in the day, Julian asked the Prime Minister in the House of Commons why they were “rolling out the red carpet” and “endorsing this corrupt and violent regime” by welcoming Uribe to Ottawa. The Liberal leadership is supporting Harper’s initiative, and the party is scheduled to meet with President Uribe today, in spite of rejecting similar meetings with labour and human rights groups opposed to the trade agreement.

“The Colombian government has the worst human rights record in the Western Hemisphere. The Government and the Liberal Party should explain to Canadians why they are sanctioning the behaviour of this violent and corrupt regime,” said Julian.

With their recent closed-door meeting with Colombian Foreign Affairs Minister Jaime Bermúdez Menizalde and today’s meeting with President Uribe, the Liberals have ignored civil society and labour groups, who have raised serious objections to the deal. The Standing Committee on International Trade had previously recommended in its June 2008 report that a human rights impact assessment be carried out before the conclusion of any deal with Colombia, which, as Julian pointed out, the Liberals had supported at the time under former leader Stéphane Dion.

“The Liberal Party’s meeting with President Uribe after having rejected a similar meeting with trade union leaders amounts to an endorsement of Uribe’s policies,” said Julian. “It’s outrageous. I was expecting the Harper government to buddy-up with this regime, but I was surprised to see Michael Ignatieff turn his back on the human rights situation in Colombia – yet again they are the Conservatives’ sidekicks.”

The killings of trade unionists increased by 18% in Columbia in 2008 and allegations of President Uribe’s connections to the right-wing paramilitary groups accused of this violence surfaced in this same year.

The Canada-Colombia Free Trade Agreement was signed by International Trade Minister Stockwell Day in November of 2008 and tabled in the House of Commons in March.

- 30 -

RENCONTRE DU CAUCUS LIBÉRAL AVEC LE PRÉSIDENT COLOMBIEN
Le porte-parole néo-démocrate en matière de commerce international s’en prend au parti libéral pour sa conception à deux vitesses des droits de la personne

OTTAWA – Aujourd’hui le député de Burnaby—New Westminster et porte-parole officiel du NPD en matière de commerce international, Peter Julian, a critiqué publiquement le fait que le caucus du Parti libéral a rencontré le président colombien Alvaro Uribe. Invité au Canada par le gouvernement conservateur, ce dernier est à Ottawa pour deux jours afin de faire la promotion de l’Accord de libre-échange entre le Canada et son pays.

M. Julian a également demandé en Chambre au premier ministre, plus tôt aujourd’hui, pourquoi il déroulait le tapis rouge et endossait le régime violent et corrompu du président Uribe en l’invitant à Ottawa. Les hautes instances libérales voient d’un bon œil l’initiative de Stephen Harper et le caucus libéral prévoit rencontrer aujourd’hui le président Uribe, après avoir refusé de participer à des rencontres avec des groupes de travailleurs et de défense des droits de la personne opposés à l’accord commercial avec la Colombie.

« Le gouvernement colombien a le pire bilan en matière de droits de la personne de tout l’hémisphère occidental, a déclaré Julian. Le gouvernement et le Parti libéral devraient expliquer aux Canadiens pourquoi ils approuvent le comportement de ce régime violent et corrompu. »

Avec leur récente rencontre a huis clos avec le ministre colombien des Affaires étrangères, Jaime Bermúdez Menizalde, et en rencontrant aujourd’hui le président Uribe, les libéraux montrent qu’ils n’ont cure de la société civile et des groupes de travailleurs, qui ont soulevé de sérieuses objections au sujet de l’entente. Dans son rapport de juin 2008, le Comité permanent du commerce international avait au préalable recommandé qu’une étude d’impact sur les droits de la personne soit menée avant de conclure une entente avec la Colombie. Cette recommandation, a souligné M. Julian, avait reçu à l’époque le soutien des libéraux de Stéphane Dion.

« Après avoir refusé de rencontrer les dirigeants des syndicats de travailleurs, la rencontre du caucus libéral avec le président Uribe équivaut à un appui à ses politiques », a déclaré M. Julian. C’est scandaleux. Je ne suis pas surpris que le gouvernement conservateur soit copain-copain avec ce régime, mais je suis surpris que Michael Ignatieff ferme les yeux sur la situation des droits de la personne en Colombie, pour servir encore une fois d’acolyte aux conservateurs. »

Le nombre de leaders syndicaux assassinés en Colombie a augmenté de 18 p. 100 en 2008 et les allégations sur les liens du président Uribe avec les groupes paramilitaires d’extrême droite accusés de ces crimes ont fait surface cette même année.

L’Accord de libre-échange entre le Canada et la Colombie a été signé par le ministre du Commerce international Stockwell Day en novembre 2008 et déposé à la Chambre des communes en mars dernier.