NEWs ~ NDP PUSH FOR HEARINGS ON HARPER’S ABITIBI BOWATER PAY OFF / LE NPD PRÉCONISE LA TENUE D’AUDIENCES SUR LE MONTANT PAYÉ PAR HARPER À ABITIBI BOWATER

NDP PUSH FOR HEARINGS ON HARPER’S ABITIBI BOWATER PAY OFF

OTTAWA – New Democrats are calling for committee hearings into the Harper government’s $130 million payout to Abitibi Bowater after the company threatened a NAFTA challenge in its dispute with the province of Newfoundland and Labrador.

“Barely six months after Abitibi Bowater filed its notice, the Harper government caved and Canadians are now on the hook for $130 million of their hard earned money,” said NDP International trade critic Peter Julian (Burnaby-New Westminster). “This record settlement under NAFTA sets a dangerous precedent and Parliament needs to look at its ramifications.”

On Friday, Julian submitted a motion to the International Trade Committee to start hearings into the Abitibi Bowater deal and into the impact of this settlement on future decisions taken in the public interest.

Although the corporation is essentially a Canadian company with its head office in Montreal, it was incorporated in Delaware, an American State that serves as a tax haven for many corporations. This technicality allowed Abitibi Bowater to file claim for compensation from the federal government under NAFTA.

“The fact that Abitibi Bowater incorporated in a tax haven, while conducting all of its business in Canada, raise serious question as to whether the filing of a Chapter 11 lawsuit was even allowable in this case,” said Julian. “This matter should fall under the purview of the Canadian courts, not some unaccountable trade panel.”

Abitibi Bowater filed the notice of action in response to the expropriation of its timber and hydropower rights in Newfoundland by the Danny Williams government in 2008. The expropriation, supported unanimously by the Newfoundland and Labrador Provincial Assembly, came as a result of the company defaulting on its commercial obligations in Newfoundland. Abitibi Bowater closed down their century old pulp and paper mill in Grand Falls – Windsor laying off of 700 workers and leaving behind costly environmental damages.

“Despite the fact that NAFTA tribunals do not meet the basic standards of representative justice, the Prime Minister stated that he will create a trade mechanism that forces provinces to pay for settlements related to disputes under international trade deals signed by Ottawa,” said Julian. “Why should the provinces be held accountable for irresponsible and inappropriate pay offs made by the Harper Government?”

“Harper has thrown open the door to other corporate opportunists. This will strongly impact future decisions taken in the public interest by democratic governments and further erode Canadian sovereignty. Parliament must close the door on this dangerous trend,” concluded Julian.

- 30 -

***

LE NPD PRÉCONISE LA TENUE D’AUDIENCES SUR LE MONTANT PAYÉ PAR HARPER À ABITIBI BOWATER

OTTAWA – Le NPD veut qu’un comité tienne des audiences sur la somme de 130 millions de dollars payée par le gouvernement Harper à Abitibi Bowater après que l’entreprise a menacé de déposer une contestation aux termes de l’ALENA dans le cadre du conflit qui l’oppose à la province de Terre-Neuve-et-Labrador.

« À peine six mois après qu’Abitibi Bowater ait déposé son avis, le gouvernement Harper a cédé, et les Canadiens doivent maintenant 130$ millions à la papetière », a déclaré le député du NPD, Peter Julian (Burnaby—New Westminster), porte-parole en matière de commerce international. « Ce règlement record en vertu de l’ALENA crée un précédent dangereux. Le Parlement doit se pencher sur ses ramifications. »

Vendredi, M. Julian a proposé une motion au Comité du commerce international pour que celui-ci entame des audiences sur l’accord de règlement passé avec Abitibi Bowater et ses répercussions sur les décisions qui seront prises à l’avenir dans l’intérêt de la population.

La société, essentiellement canadienne, a son siège social à Montréal. Cependant, elle a été constituée au Delaware, un État américain qui sert de paradis fiscal à de nombreuses entreprises. Cette échappatoire a permis à Abitibi Bowater de présenter au gouvernement fédéral une demande d’indemnisation en vertu de l’ALENA.

« Le fait qu’Abitibi Bowater ait été constituée dans un paradis fiscal tout en faisant toutes ses affaires au Canada pose de sérieuses questions à savoir si la poursuite sous le chapitre 11 était permise dans ce cas » a indiqué M. Julian. « Cette question devrait relever des tribunaux canadiens, et non d’un groupe d’arbitrage qui n’a de comptes à rendre à personne. »

Abitibi Bowater a déposé son avis de poursuite en réaction à l’expropriation en 2008, par le gouvernement de Danny Williams, de ses droits de coupe et de ses droits de produire de l’électricité à Terre-Neuve. L’expropriation, supportée à l’unanimité par l’assemblée provinciale de Terre-Neuve et Labrador, découle du fait que l’entreprise a failli à ses obligations commerciales à Terre-Neuve. Abitibi-Bowater a fermé son usine de pâtes et papiers centenaire à Grand Falls – Windsor, mettant à pied 700 travailleurs et laissant derrière des impacts environnementaux coûteux.

« Malgré le fait que les tribunaux de l’ALENA ne satisfont pas aux critères fondamentaux de justice représentative, le premier ministre a déclaré qu’il créerait un mécanisme de commerce qui oblige les provinces à payer les règlements liés aux conflits dans le cadre des ententes commerciales internationales signées par Ottawa, » a déclaré M. Julian. « Pourquoi les provinces devraient-elles être tenues responsables des gestes irresponsables et inappropriés du gouvernement Harper? »

« Harper a ouvert grand les portes à d’autres entreprises opportunistes. Cela aura de graves répercussions sur les décisions que les gouvernements démocratiques prendront à l’avenir dans l’intérêt de la population et mettra en péril notre souveraineté. Le Parlement doit refermer la porte sur cette dangereuse tendance », a conclu M. Julian.

- 30 -