NEWS ~ GOVERNMENT HAS NOTHING ON MIKHAIL LENNIKOV / LE GOUVERNEMENT NE DÉTIENT AUCUNE PREUVE CONTRE MIKHAIL LENNIKOV

GOVERNMENT HAS NOTHING ON MIKHAIL LENNIKOV
Six months and over 3,500 pages later, the government has no evidence Lennikov is a threat

BURNABY –Peter Julian, MP (Burnaby-New Westminster) along with Mikhail Lennikov held a press conference today at First Lutheran Church in Vancouver to show Canadians the results of extensive Access to Information requests that took six month of efforts and appeals to bring to public light.

After appeals to the Privacy Commissioner, the complete records on Mikhail Lennikov for the RCMP, CSIS, and the CBSA have been released. The documents number well over 3,500 pages.

“The information provided by the RCMP, CSIS and CBSA proves the point I have been making: I am not and I could never be a threat to Canada. My family and I want to contribute to Canada, and I hope to be reunited with my family soon,” Lennikov said.

In June 2009, Julian made an Access to Information request to the Royal Mounted Canadian Police (RCMP), the Canadian Security Intelligence Services (CSIS) and the Canadian Border Service Agency (CBSA) for all information pertaining to Lennikov, who gave permission for agencies to release his personal information.

Although the RCMP and CSIS had relatively little information on Mikhail Lennikov, the CBSA provided over 3,500 pages of minutely detailed records. A study of the documents shows that no agency has any incriminating information on Mr. Lennikov.

“Though the fight was long to obtain the documents, it was worth the effort,” said Julian. “The government simply has no case - no evidence - to support its position. It’s been 20 years since the fall of Communism. Mr. Lennikov should be allowed to celebrate Christmas in his home with his family in our community. Now that the government’s position has been exposed as hollow, the minister should do the right thing: re-examine Mr. Lennikov’s case and provide ministerial relief.”

-30-

***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE
Le 18 DÉCEMBRE 2009

LE GOUVERNEMENT NE DÉTIENT AUCUNE PREUVE CONTRE MIKHAIL LENNIKOV
Après six mois, les documents obtenus, qui totalisent 3 500 pages, démontrent que le gouvernement ne détient aucune preuve que Mikhail Lennikov représente un danger.

BURNABY – Peter Julian, député de Burnaby-New Westminster, a tenu une conférence de presse avec Mikhail Lennikov, aujourd’hui, à l’église luthérienne de Vancouver, pour présenter aux Canadiens le résultat de six mois d’efforts visant à obtenir des documents en vertu de la Loi sur l’accès à l’information et à les rendre publics. Ce résultat a nécessité de nombreuses demandes ainsi que des plaintes.

Après que le demandeur eut porté plainte auprès du commissaire à la protection de la vie privée, il a fini par obtenir de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) et de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) la totalité de leurs dossiers sur Mikhail Lennikov, dossiers qui comptent plus de 3 500 pages.

« L’information fournie par la GRC, le SCRS et l’ASFC démontre que j’ai raison lorsque je dis que je ne représente d’aucune manière un danger pour le Canada. Ma famille et moi voulons enrichir la société canadienne de nos contributions. J’espère pouvoir bientôt retrouver ma famille », a dit M. Lennikov.

En juin 2009, Peter Julian a fait une demande d’accès à l’information à la GRC, au SCRS et à l’ASFC pour obtenir tous les documents qu’ils détiennent au sujet de M. Lennikov. Ce dernier a, de son côté, donné la permission à ces organismes de communiquer ses renseignements personnels à M. Julian. Tandis que la GRC et le SCRS avaient très peu d’information sur M. Lennikov, l’ASFC détenait de l’information soigneusement consignée sur lui, information qui totalisait plus de 3 500 pages de documents. L’analyse des documents reçus révèle que les organismes concernés ne détiennent aucune information incriminante sur M. Lennikov.

« Il a fallu se battre pendant longtemps pour obtenir les documents, mais le jeu en valait la chandelle, a indiqué M. Julian. Le gouvernement ne détient absolument rien qui puisse étayer sa position. Le régime communiste s’est effondré il y a vingt ans. M. Lennikov devrait pouvoir célébrer Noël chez lui, avec sa famille, dans notre coin de pays. Comme nous avons démontré que les soupçons du gouvernement sont sans fondement, le ministre devrait en prendre acte, reprendre l’examen du dossier de M. Lennikov et lui accorder une exception ministérielle. »

-30-