GOVERNMENT MUST REJECT NEXEN'S FOREIGN TAKEOVER / LE GOUVERNEMENT DOIT REJETER L'ACHAT DE NEXEN PAR UNE SOCIÉTÉ ÉTRANGÈRE

FOR IMMEDIATE RELEASE October 4, 2012

 

OTTAWA – The lack of transparency in the approval process, and an alarming number of unanswered questions, have pushed the NDP to reject, as currently structured, the transaction that would allow the state-owned CNOOC to take over the Canadian company Nexen.

“The Conservatives failed to act in good faith and inform the public of the
consequences of this takeover. We’re talking about a company that plays a key
role in a critical sector of our economy,” said Natural Resources critic Peter
Julian. 

Announced in July, this $15.1 billion transaction raises many questions, including whether or not CNOOC will protect jobs and keep the head office in Canada. It is also unclear how Canada’s environmental standards will be enforced with regards to the sustainable development of its resources.

“By studying this transaction behind closed doors and not specifying what criteria they used to determine what represents a net benefit for the country, the Conservatives have given us no choice. When in doubt, it’s best to back off,” said Industry critic Hélène LeBlanc.

"Foreign investments are crucial for reinforcing our economy, but we must ensure that these investments are not made at the cost of quality jobs and the sustainable
development of our resources,” concluded Julian.

 

– 30 –

For more
information, please contact:
Lyne Robichaud, Press Secretary,
613-292-2970 or lyne.robichaud@parl.gc.ca   

***

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 4 octobre 2012

OTTAWA – Le manque de transparence du processus d’approbation, ainsi que le  nombre alarmant de questions qui restent sans réponse, poussent le NPD à rejeter, sous sa forme actuelle, la transaction qui permettrait à la société chinoise CNOOC de mettre la main sur la compagnie canadienne Nexen.

« Les conservateurs ont refusé d’agir de bonne foi en informant le public sur les conséquences de ce rachat. On parle ici d’une compagnie qui joue un rôle clé dans un secteur névralgique de notre économie », a souligné le porte-parole en matière de Ressources naturelles, Peter Julian.

Annoncée en juillet, cette transaction de 15,1 milliards de dollars soulève plusieurs questions, notamment celle de savoir si CNOOC protègera les emplois et le siège social au Canada. Nous ne savons pas non plus dans quelle mesure le Canada pourra faire respecter ses normes environnementales en ce qui concerne le développement durable de ses ressources.

« En étudiant cette transaction derrière des portes closes et en ne précisant pas sur quels critères ils de basent pour déterminer ce qui représente un avantage net pour le pays, les conservateurs ne nous donnent pas le choix. Dans le doute, il vaut mieux s’abstenir », la porte-parole en matière d’Industrie, Hélène LeBlanc.

« Les investissements étrangers sont essentiels pour renforcer notre économie, mais nous devons nous assurer que ces investissements ne se fassent pas au détriment de nos emplois de qualité et du développement durable de nos ressources», a conclu M. Julian.

 

– 30 –

Pour de plus amples renseignements,
veuillez communiquer avec :
Lyne Robichaud, attachée de presse,
613-292-2970 ou lyne.robichaud@parl.gc.ca