À LA UNE ~ Soutien politique pour des projets énergétiques

Jessica Hume, Agence QMI, Le Journal de Montréal.

OTTAWA - Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Joe Oliver, souhaite préparer l'avenir du Canada en tirant un maximum de profit de ses nombreuses ressources énergétiques et en pénétrant des marchés en expansion, comme les marchés de l'Asie-Pacifique.

«Les opportunités économiques du pays ne sont pas éternelles, a-t-il dit lundi lors de la Conférence des ministres de l'Énergie et des Mines (CMEM) qui se déroulait à Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest. Le moment est critique, car nous devons décider si nous saisissons l'occasion ou si nous la laissons nous passer sous le nez.»

Le ministre Oliver a évoqué devant les ministres des Ressources naturelles des provinces et des territoires la forte demande mondiale pour le cuivre et l'aluminium, dont le Canada est riche, mais il a aussi mentionné l'hydro-électricité, l'or, l'uranium, ainsi que le gaz naturel et le pétrole.

Selon les prévisions, la demande mondiale d'énergie augmentera de 35 % entre 2010 et 2035, et le Canada devrait être en mesure de répondre à cette demande, d'après le ministère des Ressources naturelles.

«Sur le plan stratégique, nous devons impérativement diversifier nos marchés de l'énergie, car le Canada exporte actuellement la quasi-totalité de ses produits pétroliers et gaziers vers les États-Unis, dont les récentes découvertes signifient qu'ils auront moins besoin des ressources canadiennes à l'avenir, a dit M. Oliver. Une condition préalable à la diversification est la construction des infrastructures qui permettront d'acheminer ces ressources jusqu'au bord de la mer.»

Le ministre a affirmé que le gouvernement fédéral avait donc besoin de soutien politique pour réaliser des projets énergétiques comme la construction du pipeline Keystone XL.

Appelé à réagir, le porte-parole du NPD en matière de ressources naturelles, Peter Julian, a estimé que le gouvernement était incapable de gagner la confiance des Canadiens sur la base de ses projets énergétiques.

«Joe Oliver s'attaque systématiquement à quiconque s'oppose à ces projets, donc je ne pense pas que ce gouvernement ait la moindre crédibilité en la matière auprès des Canadiens», a commenté M. Julian.

 

© Agence QMI 2013