À LA UNE ~ Paradis prolonge de 30 jours l'examen de l'offre d'acquisition de Nexen

Paradis prolonge de 30 jours l'examen de l'offre d'acquisition de Nexen

OTTAWA, Press Canadienne

Le ministre fédéral de l'Industrie, Christian Paradis, a prolongé jeudi de 30
jours l'examen de l'offre d'acquisition de la firme canadienne Nexen (TSX:NXY)
par China National Offshore Oil Corporation (CNOOC), en vertu de la Loi sur
Investissement Canada.

La période d'examen pourra être prolongée de nouveau, a précisé le ministre, avec
le consentement de la société d'État chinoise. La période d'examen initiale de
45 jours devait prendre fin vendredi.

"La détermination reposera sur les six facteurs clairs décrits à l'article 20 de la
Loi, ainsi que sur les Lignes directrices sur les investissements au Canada par
des entreprises d'État étrangères", a déclaré M. Paradis par voie de
communiqué.

"Tout le temps nécessaire sera consacré à un examen minutieux et approfondi de cette proposition d'investissement."

CNOOC offre 15,1 milliard $ pour Nexen, dont le siège social se trouve à Calgary. Il
s'agirait de la plus importante transaction impliquant une entreprise chinoise dans
le secteur pétrolier canadien.

La loi exige que la transaction, qui a déjà obtenu le feu vert des actionnaires,
représente un "bénéfice net" pour le Canada pour être approuvée.

La proposition d'achat suscite toutefois des inquiétudes à Ottawa, où le premier
ministre Stephen Harper a déjà indiqué qu'elle soulevait plusieurs questions
difficiles.

Le rapport du Service canadien du renseignement de sécurité pour 2010-2011 a
également mis en garde contre la menace que peuvent représenter les prises de
contrôle d'actifs de secteurs stratégiques canadiens par des compagnies ayant
des liens avec des gouvernements hostiles ou des agences de renseignement
étrangères.

À Ottawa, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a demandé au gouvernement fédéral de bloquer cette prise de contrôle en vertu d'une série de facteurs, dont la
sécurité nationale, les risques pour l'environnement, ainsi que la réputation
de CNOOC en matière de droits de la personne et de conditions de travail.

Cette transaction est également assujettie à l'approbation des autorités
réglementaires américaines, où des inquiétudes semblables ont été mises de
l'avant.

Jeudi, le NPD a de nouveau réclamé des consultations publiques sur la question.

"Plusieurs questions demeurent sans réponse, et il est du devoir des conservateurs de faire disparaître les zones d'ombre avant de vendre nos ressources au plus
offrant", a déclaré par voie de communiqué le porte-parole néo-démocrate
en matière de ressources naturelles, Peter Julian.

Nexen et CNOOC se sont voulues rassurantes. Nexen a déclaré que la CNOOC conserverait le nom de Nexen et ferait croître le rôle du siège social de Calgary pour lui donner le mandat de gérer non seulement l'ensemble des actifs de Nexen, mais aussi les quelque huit milliards $ en autres actifs détenus par la CNOOC en
Amérique du Nord et en Amérique Centrale.